Chargement en cours

Histoire

La petite ville de Wœrth (arrondissement de Haguenau-Wissembourg) est assurément bien plus célèbre pour la bataille du 6 août 1870 que pour son passé médiéval, pourtant bien présent grâce à son château.

Les historiens présument une occupation gallo-romaine du site de Wœrth, étant donné la découverte, en 1577, d'une stèle consacrée aux dieux Minerve, Hercule, Mercure et Junon et actuellement installée au centre-ville. Mais on n'en sait pas plus sur cette époque. Par ailleurs, l'historien Joël Schweitzer mentionne, dans son «Habitat rural en Alsace au haut Moyen Âge», un Warida locus en 737, mais Wœrth apparaît dans l'Histoire avec certitude durant le bas Moyen Âge. 
À l'époque, Wœrth, appelée Werda en 1132 faisait partie du duché de Lorraine. 

Le château, quant à lui, est mentionné aux mains des Bolanden en 1307. Cédé au Wildgrave de Kirberg, il appartient aux Lichtenberg dès 1308. 

Guerre de Trente Ans : la population décimée. 

À partir de ce moment, Wœrth, promue ville par l'empereur Louis de Bavière en 1330 et instituée dans la foulée capitale de bailliage, sera solidaire de l'histoire de la seigneurie des Lichtenberg. Ces derniers engagent en 1393 la moitié de la ville et du château à l'abbaye de Seltz et, en 1401, un quart aux comtes palatins. En 1480, à la mort du dernier des Lichtenberg, la cité et le château passent aux Deux-Ponts-Bitche. Le comte Jacques et son épouse Catherine de Honstein (ils figurent tous les deux en médaillon sur l'oriel de la façade Renaissance du château) moderniseront la forteresse féodale en 1554 et 1555.
Les profils du comte Jacques Ier (avec la date 1555) et de son épouse Catherine sculpté sur l'oriel.

En 1570, le gendre de Jacques de Deux-Ponts-Bitche, Philippe V de Hanau-Lichtenberg, hérite de la seigneurie et y introduit la Réforme. Wœrth a bien évidemment été victime de la guerre de Trente Ans. Cette ville en a particulièrement souffert : pillages, incendies et massacres l'ont touchèrent en 1622, 1625, 1632 et 1633, année où la peste a décimé ce qui restait de la population qui se verra réduite dès 1637 à vingt habitants!

En 1736, après le décès de Jean René de Hanau-Lichtenberg, le bailliage de Wœrth est rattaché à la principauté de Hesse-Darmstadt jusqu'à la Révolution. 

Selon l'atlas de Himly, Wœrth avait été fortifiée à partir de 1328. La cité, qui occupait 5,3 ha au Moyen Âge, était desservie par deux portes: l'Obertor, en direction de Haguenau et l'Untertor, en direction de Soultz-sous-Forêts. Philippe de Hanau-Lichtenberg fait reconstruire les remparts de Wœrth en 1570. 
Dans certaines rues, le tracé des fortifications est encore visible, mais il ne reste quasiment plus de vestiges spectaculaires des remparts médiévaux, hormis le donjon roman du château qui, à l'époque, faisait office de citadelle. Une tour flanquait le rempart à l'entrée de la Sauer. Aujourd'hui, on ne trouve plus que des petits tronçons de remparts, notamment dans la rue de la Toussaint et rue Courbe, ainsi que la tour intégrée à l'arrière dles-jeunes-conseillers-municipaux-sur-les-traces-de-la-grande-histoire-1436639899.jpg'une maison. 

Le château, enfin, a été édifié au début du XIVe siècle par Wernher de Bolanden, prévôt de Saint-Victor près de Mayence et a été reconstruit au XVIe siècle par la famille des Deux-Ponts-Bitche de Lichtenberg. Il y a à l'arrière une belle façade Renaissance avec un grand balcon et un oriel en grès rose sur lequel sont sculptés les profils du comte Jacques Ier et de son épouse Catherine de Honstein avec la date 1555. 

Texte : Jean-Marie NICK